Archives de mot-clé Ursula Le Guin

Journal d’avril 2024

Publié par Publié sur Lieu - 20 min de lecture 695 vues

Tu peux trouver une version éditée de ce journal dans ma newsletter (Substack)
La version intégrale (fautes et anglicismes inclus) est disponible dans mon jardin numérique, Sylves. La publication s’y fait au jour le jour. J’applique ici l’orthographe rectifiée.

Bonne lecture – Enzo.


Lundi 01 avril

En lisant le début de l’introduction de Humanly Possible (Sarah Bakewell, 2023), où elle essaye de définir l’humanisme, je prends à nouveau conscience que mes préoccupations ont pour sujet la nature humaine, ce qui fait de moi un humaniste : je m’efforce, à mon petit niveau, de comprendre ce que les gens pensent, vivent, ressentent ; je lis beaucoup sur le sujet, j’observe mon environnement avec curiosité, dans l’espoir de comprendre les autres, qui restent nimbés de mystère, mais aussi, et surtout, moi-même. 

Partager

Journal de mars 2024

Publié par Publié sur Lieu - 23 min de lecture 680 vues

Tu peux trouver une version éditée de ce journal dans ma newsletter (Substack)
La version intégrale (fautes et anglicismes inclus) est disponible dans mon jardin numérique, Sylves. La publication s’y fait au jour le jour. J’applique ici l’orthographe rectifiée.

Bonne lecture – Enzo.


Vendredi 01 mars

Cette semaine, me prenant la tête comme j’aime le faire régulièrement, j’ai pris conscience que je raisonnais comme un tambour. Aucune finesse (ou si peu !) dans mon approche. 

Je suis le bulldozer sur un site de fouilles archéologiques.

Partager

Journal de février 2024

Publié par Publié sur Lieu - 23 min de lecture 668 vues

Tu peux trouver une version éditée de ce journal dans ma newsletter (Substack)
La version intégrale (fautes et anglicismes inclus) est disponible dans mon jardin numérique, Sylves. La publication s’y fait au jour le jour. J’applique ici l’orthographe rectifiée.

Bonne lecture – Enzo.


Jeudi 01 février

Par principe, on devrait être suspicieux d’un enseignement qui se base sur la révélation d’un secret. 

Même s’il est vrai que tout enseignement révèle ce que l’étudiant ignorait jusqu’alors. Le Maitre lève le voile de l’ignorance — il partage ses connaissances.

*

L’ésotérisme est élitiste : son enseignement est réservé à des happy few. Il ne doit surtout pas être transmis aux masses, affirme-t-on, car elles sont incapables de comprendre sa valeur. L’expression qui semble revenir comme un leitmotiv : Margaritas ante porcos, comme disaient les Romains, c’est-à-dire donner de la confiture (ou des perles) aux cochons.

Partager

Journal de juin 2023

Publié par Publié sur Lieu - 32 min de lecture 580 vues

Tu peux trouver une version éditée de ce journal dans ma newsletter (Substack)
La version intégrale (fautes et anglicismes inclus) est disponible dans mon jardin numérique, Sylves. La publication s’y fait au jour le jour.

Bonne lecture – Enzo.


Lundi 29 mai

Quand je désire un autre homme, est-ce que je souhaite le mettre dans mon lit ou est-ce que je veux être à son image ? Suis-je un Zeus qui veut posséder l’objet amoureux ou suis-je un Narcisse qui rêve d’un reflet différent ?

Quand je soupire en regardant la photo d’un jeune et vigoureux acteur thaïlandais, mon regret s’explique-t-il par le fait que je ne coucherai jamais avec lui ou parce que je n’aurai jamais sa beauté ni son charme ?

Peut-être ne s’agit-il que d’une question d’intensité… L’alpha et l’oméga du désir homosexuel : pénétrer l’autre (ou être pénétré par l’autre) au point de devenir lui.  

Être en lui pour être lui.


Partager

Journal de mai 2023

Publié par Publié sur Lieu - 23 min de lecture 503 vues

Tu peux trouver une version éditée de ce journal dans ma newsletter (Substack)
La version intégrale (fautes et anglicismes inclus) est disponible dans mon jardin numérique, Sylves. La publication s’y fait au jour le jour.

Bonne lecture – Enzo.


Lundi 01 mai

Je préfère les séries taïwanaises aux séries chinoises, même si ces dernières sont, dans l’ensemble, de bien meilleure qualité. 

Pourquoi donc ? Peut-être parce que la sensibilité taïwanaise est plus proche de la nôtre (l’influence américaine se fait sentir). Taïwan regarde à l’international quand la Chine se regarde le nombril (et quel nombril !). 

Le mandarin parlé à Taipei est saupoudré d’expressions anglaises (ce qui doit renforcer cette impression de familiarité que j’éprouve) ; les personnages féminins ne se limitent pas aux nunuches soumises au patriarcat (thank Heavens!) ; ces dernières années, les rôles se sont diversifiés, on peut voir les minorités à l’écran, même dans des séries mainstream.

Partager

Journal de janvier 2023

Publié par Publié sur Lieu - 37 min de lecture 568 vues

Tu peux trouver une version éditée de ce journal dans ma newsletter (Substack)
La version intégrale (fautes et anglicismes inclus) est disponible dans mon jardin numérique, Sylves. La publication s’y fait au jour le jour.

Bonne lecture – Enzo.


Lundi 02 janvier

Ça fait des années que je tiens un journal de loin en loin, ou plutôt des journaux (journal d’écritureblogmots-dièse, etc.). J’ai peiné à prendre cette forme au sérieux, même si elle m’intéresse beaucoup. L’écriture d’un roman est légitime ; tenir un journal (destiné à être lu par des inconnues) ne l’est pas. Personne ne lit les journaux des autres (c’est pas bankable à moins d’être super-hyper-connue), si ce n’est les curieuses. 

Mais je suis très curieux.

Pour la première fois, je me donne l’autorisation de me consacrer à ce projet sur la durée. Un trimestre, trois mois. Minimum. De janvier à mars donc. C’est peu (ou beaucoup, selon mon humeur du moment), mais suffisant pour déterminer si je peux faire quelque chose d’intéressant avec ce projet.

Une version éditée sera publiée dans ma newsletter (la forme exacte reste encore à déterminer) ; puisque je veux en parallèle continuer à faire pousser mon jardin numérique, une version brute sera publiée sur Sylves en temps réel. (Fautes de français et anglicismes inclus, sinon ça ne serait pas drôle.)

Je ne m’impose qu’une seule règle, en plus de la régularité obligatoire : ce journal fera usage du féminin générique. Ça devrait ennuyer les grincheuses (puis-je me permettre ici un « grincheux » ?), mais les lectrices curieuses qui me lisent habituellement n’y verront là qu’un détail, intéressant au mieux, au pire un gimmick

Partager