Archives de mot-clé Mots-dièse

01.03.19 – 09.03.19

Publié par Publié sur Lieu - 4 min de lecture 1517 vues

# Etudiants

J’écris ces lignes alors que j’effectue ma permanence à la bibliothèque universitaire et que j’ai quelques minutes à tuer.
Je trouve les étudiants fascinants. Leur jeunesse suscite en moi un désir nostalgique. Leur vie semble si simple et si insouciante à première vue. Quel bonheur !
Mais cette impression est fausse : les études ne sont pas cet âge d’or que l’on s’imagine plus tard. Je le vois sur le visage de certains : l’inquiétude, l’anxiété, la peur… du présent comme du futur. Ce n’est pas un âge de l’insouciance, ça ne l’est que rarement d’ailleurs.
Pourquoi vouloir être jeune à nouveau, dans ce cas ? Tout recommencer, revivre ses premiers plaisirs avec le même émerveillement ? Peut-être, mais alors plus simplement, sans les angoisses, les déprimes, l’inconfort constant.

Partager

10.04.17 – 16.04.17

Publié par Publié sur Lieu - 3 min de lecture 471 vues

# Auteurs Indépendants

Certains auteurs anglo-saxons présentent l’auto-édition comme une série de dos and don’ts, qui laissent supposer qu’en suivant une formule marketing bien établie, le succès est au rendez-vous. Je ne peux m’empêcher d’être admiratif, tout autant que déprimé par ces véritables machines de guerre, où les préoccupations concernant l’écriture sont relayées au second plan, quand elles existent seulement.

Partager

03.04.17 – 09.04.17

Publié par Publié sur Lieu - 1 min de lecture 468 vues

# Agence Immobilière

Il faudra m’expliquer pourquoi notre société des services s’entête au quotidien à faire usage de ces « hommes et femmes du milieu », ces middle men, qui, devant nous simplifier la vie, compliquent les communications entre deux parties, frustrent tout le monde et allient à leur crasse incompétence une condescendance toute professionnelle.

# Espoir

Un déménagement contient autant d’inquiétude et d’angoisse que d’excitation. Je me déçois à tous les instants quand je me rappelle que nous nous installerons dans notre nouvelle location dans plus de deux mois. Mon cerveau, toujours prêt à surfer sur la vague de l’enthousiasme, grogne quand il se sent ainsi floué : la gratification n’est pas pour maintenant, il va devoir patienter.

Partager

16.01.17 – 22.01.17

Publié par Publié sur Lieu - 2 min de lecture 486 vues

# Lecture

Je sors d’un marathon de lecture, comme il semble que je sois enclin à le faire à chaque début d’année. J’ai enfilé les romans, comme d’autres des perles, et j’ai vécu des moments délicieux d’absence au monde. J’ai traversé plusieurs vies, souffert des dizaines de peines de cœur et j’ai senti le manque à chaque fois que la dernière page était tournée. Je me suis émerveillé des possibilités du YA et j’ai rêvé d’écrire mes propres histoires. Je suis de nouveau tombé amoureux de David Levithan et j’ai pleuré – encore – en lisant les premières pages de Two Boys Kissing.

Partager

26.12.16 – 01.01.17

Publié par Publié sur Lieu - 4 min de lecture 484 vues

# Vacances

Ne pas passer son temps sur les réseaux sociaux, ou devant un écran. Voilà de nos jours les vraies vacances. Je retrouve mes réflexes d’antan : c’est le livre, et non le téléphone, que la main saisit automatiquement. Le temps s’allonge, le silence accompagne, la pensée peut aller à son rythme. Il n’y a plus de parasites, ces commentaires d’autrui, à l’emporte-pièces, que Facebook nous bombarde pour que nous nous sentions « connectés ».

Partager

22.06.15 – 05.07.15

Publié par Publié sur Lieu - , 2 min de lecture 469 vues

# Course

Je retrouve les plaisirs de la course, activité primordiale pour l’écrivain. Le rythme des foulées clarifie les intrigues, précise les personnages, convoque la Muse.

# Le Dit Des Autres

Le vent est loquace comme tous les solitaires.

Victor Hugo

# Cinéma

Cela faisait 1 an et demi que je n’étais pas allé au cinéma. Les prix dans la région d’Oxford sont aussi élevés qu’à Londres. On ne s’en sort pas à moins de £10 la place.
Voilà une bien étrange abstinence, à la réflexion, surtout  quand on sait que j’ai été abonné durant quatre ans à des offres d’illimité (UGC en France ; Cineworld en GB).
Nous sommes allés au cinéma de Didcot car les places étaient moins chères. Ce qui nous a permis de découvrir cette petite ville du sud de l’Oxfordshire.
C’était au Cineworld pour voir Mr Holmes, avec Ian McKellen. Un film extrêmement touchant sur la vieillesse et les limites de l’intelligence.
Je craignais d’être déçu (je n’avais lu aucune critique ; seulement vu la bande-annonce) mais ce retour au grand écran a été très plaisant. Un dimanche agréable, où l’on ne s’ennuie pas. Peut-être ne laisserai-je pas s’écouler un an et demi avant le prochain film…

# Procrastination

J’écris un long email où je me plains de n’avoir aucune motivation pour lancer un nouveau projet d’écriture.
Ce fut suffisant pour faire un déclic en moi. J’ai écrit le reste de la journée.

# Londres

Après un an de vie dans la campagne oxonienne, je m’aperçois que j’ai perdu l’habitude de Londres, son métro bondé, ses bruits, son agitation. Mais c’est là que les amis se trouvent, et c’est là qu’on doit revenir pour le plaisir d’une journée passée en leur compagnie. Heureusement, à la différence de la métropole parisienne, Londres dispose d’un nombre important de parcs. Sous l’ombre d’un arbre, non loin d’éphèbes qui exhibent leurs corps en sueur sur des barres parallèles, nous rattrapons le temps perdu, ces semaines durant lesquelles nous avons mené notre barque chacun de son côté ; nous rigolons beaucoup, partageons certaines observations sur la vie.

Partager