30.01.17 – 05.02.17

Publié par Publié sur Lieu - 2 min de lecture 463 vues

# Agir

L’action est l’antidote à une pensée qui tourne dans le vide et qui s’inquiète.

# Prison

Méditer ses actes, arrêter le mouvement d’humeur à peine a-t-il été repéré, sceller ses lèvres, être conscient de la vanité de la colère, tout cela n’empêche en rien le corps d’être prisonnier de l’humeur. On n’agit pas, mais on reste la victime de l’émotion. J’aimerais parfois laver mon esprit, maculé de pensées négatives qui l’asphyxient. Je suis à mi-chemin : je les repère, je ne suis plus une victime aveugle, mais je ne parviens pas encore à m’en extirper.

# Ecriture

En ce moment, j’écris à flux tendu, dans l’urgence. J’écris en quantité, des dizaines de milliers de mots ; je ressens le calor de l’inspiration, mais je ressens aussi l’épuisement. Je suis consumé.

# Dimanche

Je trouve les dimanches difficiles, car le repos est odieux et fait tourner les pensées dans le mauvais sens. Au septième jour, devant la télévision, alors qu’il pleuvait dehors, Dieu a dû avoir le cafard.

# Opinion

Il n’y a rien de plus consternant que de lire, sur Facebook, les commentaires sous les articles du Guardian : c’est souvent bête, pensé à l’emporte-pièce, sûr de sa vérité. Je ne comprends pas quelle curiosité malsaine me pousse à y retourner, avec une régularité consternante ; j’espère secrètement y trouver des gens qui pensent comme moi, qui partagent le même humanisme. En vain. Et je peux vous assurer que c’est un choc d’être confronté à tant de bêtise humaine – le pire étant certainement les commentaires qui sont écrits dans une langue irréprochable.

# Obituary

Emmanuelle Riva, superbe et déchirante dans Amour, avait une élocution, une voix extraordinaires. Et à quelques semaines de sa mort, le timbre était vif, comme son intelligence. La voix de Laure Adler, en comparaison, qui pose les questions, est grinçante, comme coincée dans la bouche, maladroite, dissonante. Seuls les acteurs de l’ancienne génération savent parler de cette manière, sans trop d’affectation, mais naturellement, avec clarté. Et ce naturel est ce qu’il y a de plus artificiel.