16.01.17 – 22.01.17

Publié par Publié sur Lieu - 2 min de lecture 472 vues

# Lecture

Je sors d’un marathon de lecture, comme il semble que je sois enclin à le faire à chaque début d’année. J’ai enfilé les romans, comme d’autres des perles, et j’ai vécu des moments délicieux d’absence au monde. J’ai traversé plusieurs vies, souffert des dizaines de peines de cœur et j’ai senti le manque à chaque fois que la dernière page était tournée. Je me suis émerveillé des possibilités du YA et j’ai rêvé d’écrire mes propres histoires. Je suis de nouveau tombé amoureux de David Levithan et j’ai pleuré – encore – en lisant les premières pages de Two Boys Kissing.

Il s’agit d’une fuite, un désir d’escapisme ; une immersion totale, où la perspective de chercher un travail et de s’engager de nouveau dans une routine est loin.

Nous sommes lundi et j’ai terminé, je pense, mon marathon. Je suis fatigué, j’ai même mal à la tête, mais je suis heureux. Ces moments me rappellent la puissance de l’écrit, de la fiction, et je sais pourquoi j’écris moi aussi des histoires.

Il m’est impossible de me plonger dans mes écrits comme je le fais dans ceux des autres, mais j’espère que d’autres peuvent le faire, et le font avec délice.


# Stoïcisme

Le but est maintenant de vivre avec sagesse pour une vie heureuse. Je médite quelques minutes avec mon Daily Stoic, que j’ai aussi offert à A. Je crois que le meilleur remède aux angoisses et aux inquiétudes restent l’action : je fais, donc je suis heureux. Je fais et je ne me crucifie pas pour savoir si ça va marcher ; je plante des graines au vent et je verrai ce qui accepte de pousser. Je sais la direction que mon existence doit prendre ; le reste n’est que détail et ne doit pas m’affecter. Rien de plus qu’une ridule passagère sur une étendue étale.