Lectures YA – Novembre 2019

Publié par Publié sur Lieu - 7 min de lecture 2436 vues

Deux romans de Julian Winters

Je ne connaissais pas cet auteur. J’ai été tellement enchanté par How to Be Remy Cameron que j’ai enchaîné immédiatement avec le premier roman de l’auteur, Running with Lions. Julian Winters écrit extrêmement bien. Souvent avec les YA, le style n’est pas de grande qualité, les auteurs préférant une prose simple, plus adaptée certainement à un public juvénile, avec une part plus grande laissée aux dialogues. Julian Winters, au contraire, propose des récits bien écrits, bien décrits, qui ne dépendent pas entièrement des dialogues pour faire avancer l’intrigue.

Remy Cameron est lui aussi un fils adopté et ouvertement gay. Enfant noir avec des parents blancs, il a compris très tôt qu’il ne passerait pas inaperçu. Apprécié de tous, il est même le représentant des élèves. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si sa prof d’anglais (décidément, ces profs de lettres !) n’avait pas décidé de leur donner un devoir un peu particulier : écrire un essai pour se présenter. Alors commence pour Remy une lente descente aux Enfers. Lui qui croyait savoir qui il était s’aperçoit qu’il n’est qu’une série d’étiquettes, et qu’aucune ne le définit vraiment. Au même moment, Remy rencontre Ian et tombe petit à petit amoureux. Voilà un bien joli roman.

Le second que j’ai lu de cet auteur, Running with Lions, m’a davantage marqué, car il m’a semblé plus original que How to Be Remy Cameron. Sebastian est un footeux. Il fait partie des Lions, une équipe de foot un peu spéciale, qui regroupe des joueurs aussi bien gays que bi, ou encore hétéros. Chaque été, il part à la Summer School organisée par ses entraîneurs. Cette année, c’est la dernière fois qu’il peut profiter de quelques semaines loin de sa famille. Il ne voit donc pas d’un très bon œil l’arrivée d’un ancien ami à lui, Emir. Plus jeunes, les deux étaient inséparables. Une amitié exclusive, mais qui n’a pas survécu au début de l’adolescence si bien qu’ils n’ont pas gardé contact… L’hostilité d’Emir est évidente – il n’est pas à la Summer School pour se faire des amis. Quand il devient clair qu’il pourrait faire partie des Lions à la rentrée suivante, Sebastian décide de faire un effort pour (re)gagner sa confiance. Très vite, de vieux sentiments, enfouis et oubliés, refont surface et il devient évident qu’Emir ne sera pas un simple coéquipier dans le coeur de Sebastian. 

Je ne suis pas un fan de foot, et les personnages passent tout le roman à pratiquer ce sport… mais j’ai totalement adoré ce roman. Les personnages sont bien campés, la dynamique d’équipe des Lions fonctionne superbement et la relation entre Sebastian et Emir est tout particulièrement touchante.