Lectures YA – Novembre 2019

Publié par Publié sur Lieu - 7 min de lecture 2434 vues

We Contain Multitudes, de Sarah Henstra

Ce roman épistolaire est présenté comme un hybride entre Dante & Aristote découvrent les secrets de l’Univers (de Benjamain Alire Saenz) et I’ll Give You the Sun (de Jandy Nelson), deux romans YA que j’ai tout particulièrement adorés. Du coup, je n’ai pas hésité, je me suis lancé immédiatement.

Quel superbe roman ! « We contain multitudes » est une citation du poète américain gay Walt Whitman, et la figure de ce poète va constituer comme un fil rouge à travers les échanges épistolaires de Jonathan et de Kurl. Le pitch est tout simple : une prof d’Anglais oblige ses élèves à correspondre durant un trimestre, en associant des élèves de différents niveaux (par ex., un élève de Terminale avec un Seconde). Chaque semaine, ils doivent s’envoyer une lettre, en s’exprimant parfois sur un thème suggéré par l’enseignante. Jonathan et Curl vont se prendre au jeu et se raconter sur plusieurs mois leur vie, leurs pensées, leurs désirs et leurs aspirations. L’auteure pousse l’artifice littéraire jusqu’au bout, car les protagonistes se racontent des scènes qu’ils ont tous les deux vécus et (en théorie) n’auraient pas besoin de se raconter… Si le lecteur parvient à suspendre son jugement sur ce point, le roman lui offre des moments de pure grâce, extrêmement touchants et émouvants. Au détour d’une phrase, alors que je ne m’y attendais pas, il m’est arrivé à plusieurs reprises d’avoir les yeux remplis de larmes. Sarah Henstra n’hésite pas à traiter de thèmes difficiles comme la violence familiale, le bullying à l’école, l’homophobie. Et au final, We Contain Multitudes est l’un des meilleurs romans que j’ai lus cette année. Ce premier roman YA de l’auteure est un véritable succès, j’espère qu’elle en publiera prochainement un autre.